Journal de bord du STIA 2017 /
Mercredi 26 avril 2017 : Compte rendu par Monsieur Albert DIATTA, Sénégal.

Le 26 avril, les stagiaires, accompagnés de Mme Sonia SALAZAR-ZEA, ont eu l'honneur de passer toute la journée à la Médiathèque de l'architecture et du patrimoine au Fort de Saint-Cyr ( MAP ).

Arrivés sur les lieux, ils ont été accueillis d' arbord par la sécurité et ensuite par Mme Mathilde FALGUIERE qui a fait la présentation de l' institition.

Relevant du Ministère de la Culture et de la  Communication, cette institution créée en 1996 a pour mission la collecte, le classement, la conservation, la communication et la valorisation des archives et documentation des monuments historiques et du patrimoine photographique.

Cette institution est composée de quatre départements scientifiques parmi lesquels ont peut citer le département photographique qui a fait  de la visite.

Ce département conserve des collections liées aux thématiques très divers: site et monuments, beaux - arts, voyage et expédition........

Après cette présentation de l'institution, c'est au tour de Mme Flore HERVE d'intervenir sur la numérisation patrimoniale Aux nationales. Son intervention est accentuée sur la stratégie à adopter pour une bonne numérisation. Selon elle pour faire une bonne il faut:

  • connaitre la typologie des supports (ouvrages, cartes, photos, cartes postales, objets d'art.....)
  • relever les écueil à une bonne numérisation ( pages volantes, état des originaux, documents froissés, pages collés, ouvrabilité des ouvrages..)

Certaines aspects doivent être également tenir en compte. Il s' agit de la planification, du cahier de charge, du transport des document, des numériseurs, de la calibration de la chaine de numérisation, du fichier de récolement, du nommage des répertoires et fichiers, du contrôle manuel et automatique des images.........

A partir de 11h 30 mn Mme Mathilde FALGUIERE reprend la parole pour intervenir sur les principes de la numérisation des archives électroniques et audiovisuelles. Son intervention est articulée autour de trois axes:

  • la différence entre archives électronique et archives numérisées;
  • comment peut- on faire pour reconnaitre les archives audiovisuelles et les archives numériques;
  • la typologie des supports analogiques et des supports magnétiques.

Ensuite elle aborde sur les raisons de la numérisation des archives photographiques dégradation des supports dans le temps ( champignons, réaction chimique, craquelures, chandelles, gaufrages...) et du vieillissement du système de lecture analogique/numérique.

Comme tous les autres intervenants, elle pense que une bonne numérisation doit passer par une bonne préparation, une cartographie complète, un état des lieus en ressources humaines, une élaboration budgétaire, une réflexion sur les formats mais aussi il faut surtout la rédaction d'un cahier des charges.

L' après midi, les débats ont été accentués sur le contexte de la numérisation en mettant l' accent sur les critères de la numérisation, le nommage des fichiers, la numérisation de masse chez les prestataire ( la RIEP) qui est le principale prestataire. Les prestataires sont choisis grâce à des marché publics mettant en concurrence plusieurs entreprises et leurs chois est lié à un certain nombre de critères: qualités techniques de l' offre, prix unitaire,calendrier envisagé et la capacité financière.

La journée a pris fin par une visite guidée dans le département de la photographie au niveau de l'atelier photographique avec une démonstration de numérisation d'un négatif.

16h 45 mn: retour sur Paris

Commentaires

    Ajouter un commentaire