Connexion / Créer un compte

Dernière référence consultée  /  Dernière liste consultée

Référence en vue solo

Owabira, Brice Isinove. Les Archives de l’Afrique Équatoriale Française. Comma, 2016, vol. 2015, no 1, p. 63–72. Repéré à http://online.liverpool ... /10.3828/comma.2015.1.8, DOI : http://dx.doi.org/doi:10.3828/comma.2015.1.8 
Ajoutée par : wikiadmin (2016-12-15 18:44:23)
Type de référence: Article
DOI: doi:10.3828/comma.2015.1.8
Clé BibTeX: anon2016.7094
Envoyer cette référence par courriel à un quelqu'un
Voir tous les détails bibliographiques
Catégories: 6. Période chronologique, General
Sous-catégories: 6.3. 20e siècle
Mots-clés: 20e siècle, Afrique, France, Histoire des archives et de l'archivistique
Créateurs: Owabira
Collection: Comma
Consultations : 5/406
Indice de consultation : 34%
Indice de popularité : 8.5%
Pièces jointes     Liens URLs     http://online.liverpooluniversitypress.co.uk/doi/abs/10.3828/comma.2015.1.8
Résumé     
Contrairement à celui du bloc occidental français, le patrimoine archivistique de l’Afrique équatoriale française a connu la «césure» avec le rapatriement des archives dites de souveraineté vers la métropole. A cela s’ajoute le retard chronologique accusé par l’A.E.F. par rapport à l’A.O.F. dans la mise en œuvre des structures institutionnelles, qui a eu pour conséquence également la mise en œuvre tardive des services d’archives. C’est à la fin de la deuxième guerre mondiale en 1945 que les archives du gouvernement général de l’A.E.F. commencent à s’organiser. Une décennie après l’accession du Congo à la souveraineté en 1960, fut créée en 1971 la Direction Générale des services de bibliothèques et d’archives (DGBSA), qui après moult restructurations a été érigée en Centre national d’archives et de documentation avec pour mission de collecter, conserver et communiquer les documents d’archives d’intérêt historique et patrimonial au public. La Direction Générale des services de bibliothèques et d’archives ne deviendra opérationnelle qu’en 1974 après la récupération des fonds de l’A.E.F. restés sous la tutelle de l’Institut des Etudes Centrafricaines. Mais quatre décennies après sa création, le centre national des archives et de documentation demeure confronté à de nombreux problèmes qui rendent difficile l’accomplissement de ses missions traditionnelles. Parmi ces problèmes, il y a le manque de formation des agents, la carence du matériel de travail, des locaux inadéquats, le déficit du cadre légal et réglementaire.
Ajoutée par : wikiadmin  
wikindx 4.2.2 ©2014 | Références totales : 4576 | Requêtes métadonnées : 54 | Exécution de script : 0.14741 secs | Style : PIAF-AFNOR (Association Française de NORmalisation) | Bibliographie : Bibliographie WIKINDX globale