La politique nationale des archives au Mali

N° 20
(10 décembre 2019)

 

Direction Nationale des Archives du Mali (DNAM)

 

Dans ce nouveau numéro du Cri du PIAF, nous souhaitons donner un coup de projecteur sur la politique des archives au Mali, politique des archives dont on peine, dans le flot d’informations qui nous parviennent, à discerner l’existence et le courage.

Dans le domaine des archives, le Mali avait déjà marqué les esprits sur la scène internationale en 2012 lors du sauvetage des manuscrits de Tombouctou. Rappelons rapidement le contexte. La ville de Tombouctou, dont l’université a été fondée au XIVème siècle, est lieu de savoir. Plusieurs dizaines de milliers de manuscrits qui sont soit des copies d’ouvrages anciens, soit des originaux, y sont conservées dans la bibliothèque publique de la ville (soutenue par l’Unesco) ainsi que dans des bibliothèques privées. Ces manuscrits précieux datent pour la plupart du XVIIème, XVIIIème et XIXème siècle. Ils couvrent des sujets tels que l’astronomie, les mathématiques, les sciences, la philosophie, l’islam, le droit. Menacés de destruction par les islamistes djihadistes qui ont tour à tour pris le contrôle de la ville de Tombouctou, les manuscrits ont été en grande partie sauvés grâce à l’engagement de quelques érudits, aidés, non sans périls, de populations venues de tout le pays. Cette manifestation remarquable de l’attachement des maliens à la conservation et à la sauvegarde de leur patrimoine écrit a été relayée par les médias du monde entier.

Les guerres qui agitent le pays depuis 2012 ne sont pas venues entamer ce sentiment patrimonial. En 2018, le gouvernement malien en donne une nouvelle démonstration : la loi sur les archives au Mali a été revue et augmentée et un plan quadriennal (2018-2022) a été approuvé et signé le 24 juillet 2018 par le Président de la République, Monsieur Boubacar Keita, par le Premier Ministre, Monsieur Soumeylou Maiga, par le Ministre de l’Economie et des Finances, le Docteur Boubou Cisse, par le Ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, Monsieur Mohamed Agerlaf, et par la Ministre du Travail et de la Fonction publique, Madame Diarra Raky Talla (Décret n°2018-0593).

Cet attachement profond s’exprime également au travers des évènements que la Direction Nationale des Archives du Mali (DNAM) organise chaque année, le 9 juin, pour la Journée Internationale des Archives sous l’égide du Conseil International des Archives (ICA). Nous clôturerons cet article par le compte rendu de la journée internationale des archives du 9 juin 2019.

 


L'arsenal juridique en matière d'archives se déploie au Mali en 2018

Il n’est pas de politique d’archives applicable sans un arsenal juridique adéquat et précis. La loi relative aux archives en vigueur aujourd’hui au Mali date du 22 juillet 2002 (loi n°02-052).

Elle est promulguée quelques mois après la création de La Direction Nationale des Archives du Mali (DNAM) par une ordonnance du 28 mars 2002 (Ordonnance n°02-041/p-RM). La loi de 2002 a été complétée par des décrets en septembre 2002 et février 2016.

Mais l’année 2018 marque un tournant pour les archives du Mali : trois décrets, une circulaire et un plan quadriennal sont officiellement promulgués.

Le décret n°2018-0467, en date du 28 mai 2018, fixe l’organisation et les modalités de fonctionnement de la Direction Nationale des Archives du Mali.

Le décret n°2018-0468, en date du 28 mai 2018, fixe le cadre organique de la Direction Nationale des Archives du Mali. Il y est détaillé le cadre organique et la catégorie des différents agents de la DNAM.

L’arrêté n°2018-2183, en date du 2 juillet 2018, fixe l’organisation et les modalités de fonctionnement des directions régionales et des services subrégionaux des archives, les processus de nomination des archivistes et  les fonctions qui leur sont dévolues.

Enfin le plan quadriennal élaboré par la DNAM est ratifié par décret (n°2018-0593) le 24 juillet 2018. sa diffusion est accompagnée par une circulaire en date du 17 août 2018 (n°2018-001/PRIM-SGG) qui vient rappeler la valeur des archives, l’importance de leur conservation et l’autorité de la DNAM en matière d’archivage. Elle se termine par une injonction du Premier Ministre marquant son engagement dans cette nouvelle politique :

« Je vous invite à respecter scrupuleusement les prescriptions de la présente circulaire » (Monsieur Soumeylou Boubèye MAIGA).

 


Le plan quadriennal (2018-2022)

« Moderniser, valoriser et renforcer le système d’archivage dans les services publics de l'Etat et des collectivités territoriales afin d'assurer l'efficacité administrative, la transparence, la pérennité et une meilleure communication des archives dans l'intérêt public. ». 

Tel est l’objectif fixé par le plan quadriennal. Sur une vingtaine de pages, la DNAM détaille les modifications et améliorations à apporter, elle en chiffre le coût financier, poste par poste, et précise que ces dépenses seront assumées à 75% par l’Etat et à 25% par les collectivités territoriales.

Le plan prévoit tout d’abord d’opérer une relecture et un enrichissement de l’arsenal législatif existant en matière d’archives avec un effort particulier à consentir en matière de législation sur l’archivage électronique.

Le plan met également l’accent sur le développement des infrastructures, des équipements et sur le renforcement des ressources humaines à l’échelle nationale et régionale. Il est prévu de construire des annexes aux bâtiments déjà existants et d’acquérir plus de mobilier spécialisé (meubles à plans par exemple). La nécessité de doter chaque bâtiment d’archives d’un groupe électrogène afin de s’assurer la continuité de l’alimentation électrique est rappelée. Il est stipulé qu’un travail d’amélioration des conditions de conservation des documents (hygrométrie, température, sécurités incendie, surveillance) dans les magasins doit être mené de même qu’un effort pour améliorer le confort des utilisateurs dans les salles de lecture (matériel de consultation, rideaux réflecteurs).

Les équipes chargées des missions extérieures de suivi et d’inspection vont être dotées d’une flotte de véhicule tout-terrain afin de mieux seconder les instances régionales dans leur tâche de pré archivage et d’archivage.

Si la question du recrutement de nouveaux archivistes est bien abordée, elle n’est pas chiffrée, ni en terme d’effectifs, ni en terme de coût.

Sur le plan de la formation de ces archivistes, la Direction Nationale des Archives du Mali réaffirme sa mission de formation et redit sa volonté de collaborer avec les universités du Mali et les instances internationales.

Le plan prévoit de renforcer le mécanisme de suivi, de contrôle et de collecte des archives définitives dans les instances gouvernementales, régionales, nationales et même internationales, concernées. Il y est rappelé que des archives maliennes se trouvent en France, en Allemagne, aux USA, en Chine, au Sénégal, au Maroc et en Côte d’Ivoire ; il faut donc collecter des copies.

Les Archives du Mali ont également l’intention de déployer un plan de numérisation des fonds dont la mise en place nécessitera l’achat de matériel et la formation d’un personnel spécialisé.

Enfin le plan souligne l’importance des échanges visant à promouvoir les archives. Cette politique est et continuera à être développée selon trois axes :

  • promouvoir la coopération à l’échelle nationale et internationale (échange de professionnels, partage de connaissance, assistance technique)
  • publier des supports de promotion des archives
  • célébrer la journée des archives

Depuis plusieurs années la DNAM organise chaque année des évènements pour fêter la journée internationale des archives. Et chaque année, elle rend compte de son déroulement à l’ICA et au PIAF.

 


La journée internationale des archives du 9 juin 2019 : compte rendu de Monsieur Amadou Sow.

Journée Internationale des Archives, 9 juin 2019, Direction Nationale des Archives du Mali.

« A l’instar de la communauté internationale, notre pays a célébré le dimanche dernier la Journée internationale des archives, sur le thème : « Concevoir les archives du 21è siècle ».

Commémorée chaque année le 9 juin, cette journée a été lancée en 1948 à Paris par International Council on Archive (ICA) sous les auspices de l’Unesco et adoptée par les 2000 participants, lors du congrès international des archives à Vienne en 2004.

La cérémonie officielle s’est déroulée à la Direction nationale des Archives du Mali sous la présidence de Mme Sanogo Aminata Mallé, secrétaire générale du gouvernement en présence du directeur national des Archives, Seydou Diabaté. On notait la présence de plusieurs directeurs centraux, des partenaires techniques et financiers, des archivistes ainsi que plusieurs étudiants et invités.

« Les archives du 21è siècle ne peuvent plus être réduites à leur dimension historique », a précisé Mme Sanogo Aminata Mallé dans son discours d’ouverture.

La commémoration de la Journée internationale des archives, dira-t-elle, offre l’opportunité de sensibiliser les administrations et l’opinion publique sur l’importance des archives dans la gestion des affaires publiques. Elle a exprimé l’engagement du président de la République pour la cause des archives. Selon elle, la thématique de 2019 cadre parfaitement avec les actions du gouvernement à savoir l’adoption de la politique nationale des archives et le plan d’actions qui se traduit par le décret n°2018-0593/P-RM du 24 juillet et plusieurs actions comme la numérisation de 8258 documents en 2018 et 61262 en 2019, l’extension du réseau informatique et le câblage de la direction nationale des archives, la réalisation de plusieurs missions d’inspection des fonds d’archives historiques à Bamako et dans certaines localités des régions de Kayes, Sikasso et Ségou …

Les nouveaux chantiers du numérique obligent les archivistes à découvrir de nouvelles structures et à s’y intégrer tout en s’imprégnant des nouvelles pratiques des nouvelles technologies. Il convient de prendre en considération les nouvelles attentes des usagers en matière de sélection, de conservation et de valorisation des archives. Il convient de souligner la numérisation des actes du Journal officiel (décret, lois, ordonnance, arrêtés) de la République du Mali par le secrétariat général du gouvernement. Ce processus de scan contribue significativement à la modernisation de l’administration en particulier des systèmes d’archivages. Elle a salué à cet égard l’appui des partenaires techniques notamment la Coopération suisse au Mali. Le thème retenu cette année revêt une importance capitale qui permet aux usagers de mettre au centre de leurs recherches les archives. Pour M. Diabaté, c’est le lieu de saluer les autorités pour l’intérêt qu’elles accordent aux archives. Il a rappelé que les recommandations des précédentes journées ont permis de booster les activités de la direction nationale des archives. La journée a été marquée par deux communications qui ont suscité beaucoup d’intérêt de la part des participants. La première a été animée par le directeur national des archives, Seydou Diabaté sur le thème : « concevoir les archives » et la seconde sur le thème : « la sécurisation et la dématérialisation des archives foncières et du cadastre du bureau des domaines du district de Bamako, et du cercle de Kati », animée par Mme Goïta Mariétou Diarra, responsable de déménagement et de dématérialisation des archives foncières et cadastrales.

Les deux communications ont été un véritable espace de discussions sur l’avenir et la gestion du patrimoine public.

Il faut rappeler que l’ICA est une organisation non gouvernementale multiculturelle et multilingue qui à pour mission d’encourager la préservation, le développement et l’accès aux archives dans le monde, par le biais de la coopération internationale et de la solidarité ».

Pour en savoir plus, consultez le Site de la Direction Nationale des Archives du Mali et la Page Facebook de la Direction nationale des Archives du Mali


Nous remercions infiniment Monsieur Youssouf DAGNO, Chef de la Division Promotion des Archives et Formation à Direction nationale des Archives du Mali, de sa collaboration. Nous tenons également à saluer sa persévérance et son engagement auprès du PIAF. Depuis notre rencontre en 2013 à Paris, lors du Stage Technique International d’Archives (STIA), Monsieur Dagno n’a eu de cesse de nous informer des évolutions en matière de politique d’archives dans son pays. Il nous a permis, année après année, de relayer auprès des internautes du PIAF ces actualités.

Caroline Becker, webmestre et directrice des opérations du PIAF.