Lettre n°4

Editorial : "Le PIAF... en mouvement" (juin 2011)
Didier Grange, Président du comité directeur du PIAF

Si la phase de consolidation que j’avais évoquée dans mon précédent message est maintenant dépassée, il convient de souligner le fait que le PIAF, de par sa nature même, ne peut être qu’un outil perpétuellement en mouvement ! A la différence du monde de l’édition où une version d’un ouvrage remplace la précédente, l’évolution du PIAF se fait par à-coups et par une succession de touches et de retouches des textes et autres éléments qui le constituent.

Cette caractéristique est particulièrement vraie pour le volet qui constitue le cœur du PIAF : le volet « Se former ». Lors de la dernière réunion du Comité directeur du PIAF, qui s’est tenue à l’Université de Haute Alsace, à Mulhouse, nous avons passé en revue l’ensemble des modules de cours. Force est de constater que malgré les efforts que nous avons fournis en 2010 avec nos partenaires (les auteurs des textes), bien du travail reste encore à faire. Rien de plus normal : la discipline archivistique n’est pas figée, elle évolue. Dès lors, nos modules doivent s’adapter aux progrès, aux remises en question et aux nouveautés du moment. Ce volet, par essence, est vivant. Il doit être revu à échéance définie. De nombreux auteurs sont au travail. Je vous invite donc à prendre connaissance des « Actualités » du site avec une certaine régularité, car nous continuerons d’annoncer les révisions et les mises à disposition des nouveaux textes.

Lors de la réunion de Mulhouse, nous avons décidé de répondre favorablement à une demande exprimée par de nombreuses personnes qui fréquentent le site. Les fichiers des modules de cours seront mis à disposition en format Pdf dans les meilleurs délais. Je rends toutefois attentif celles et ceux qui souhaiteraient imprimer une version complète du contenu des cours au fait que l’ensemble du volet représente plus de 2000 pages A4 ! Ce nombre donne la mesure de l’ampleur du travail accompli et de la nécessité des révisions et mises à jour.

Le Volet « Se documenter » progresse également de manière réjouissante. La bibliographie archivistique francophone est complète jusqu’en 2007. Grâce à une équipe de bénévoles, nous allons mettre à disposition l’information pour les années 2008 à 2010. Le travail est en cours. Nous continuons aussi d’enrichir le glossaire tout en évitant une fuite en avant : nous ne visons pas à l’exhaustivité dans ce domaine. L’annuaire des institutions franco-phones comprend maintenant plus de 500 entrées. C’est considérable. La maintenance de ces données prend du temps et nous comptons sur la collaboration des institutions pour alléger le fardeau de notre webmaster. 

Les changements doivent lui être signalés. Le recueil de textes archivistiques francophones fondamentaux, qui permet de découvrir ou de redécouvrir des contributions importantes apportées à notre discipline, grossit avec le temps. Ce recueil sera complété ces prochains mois. Il en va de même pour la galerie multimédia.

L’« Espace professionnel » n’a pas été oublié non plus. Ce volet qui met à disposition une solution collaborative moderne peut être utilisé par les personnes qui souhaitent monter des projets en commun. Si l’outil est bien là, il nous manque encore des participants pour le faire vivre. Il a un grand potentiel. Alors, n’hésitez pas à vous lancer et à l’utiliser !

En plus du fonctionnement et de l’évolution du Portail lui-même, deux projets en lien avec le PIAF nous mobilisent cette année.

a)  L’Association Internationale des Archives Francophones (AIAF) dont dépend le projet PIAF, tente d’organiser une seconde édition de la Semaine Internationale Archivistique Francophone, sur le modèle de celle que nous avons vécue à Dakar en 2009. Un partenaire a été trouvé, mais nous attendons des réponses par rapport au financement de cette opération, qui permettrait aussi de mettre en valeur le PIAF et d’en diffuser l’usage.

b) A la demande de nombreux collègues, le Comité directeur se penche sur la possibilité d’utiliser le PIAF dans le cadre d’une formation certifiante ou dans le cadre d’une reconnaissance d’acquis. Vu la très grande diversité des contextes au niveau de la Francophonie, il n’y a pas de solution simple et « universelle ». Toutefois, des travaux dans ce domaine nous permettront peut-être de dégager à terme des modèles.

Nous vous tiendrons bien sûr au courant de l’avancement de ces deux projets.

En 2010, plus de 55’000 personnes différentes provenant de plus de 100 pays ont fréquenté le PIAF. Ce sont des résultats positifs qui encouragent le Comité directeur à poursuivre ses efforts pour améliorer le produit et les prestations. Le PIAF a un public. Demeure le souci de la pérennité d’un tel projet. La fragilité financière dans laquelle se trouve le Portail constitue un souci permanent pour toute notre équipe et pour toutes les personnes et institutions impliquées. Continuez de faire connaître le PIAF auprès de vos collègues, au sein de votre institution et parmi les archivistes ou personnes responsables des archives que vous fréquentez. N’oubliez pas non plus, quand cela vous est possible, d’adhérer à l’Association Internationale des Archivistes Francophones. Tout soutien est le bienvenu.

Pour terminer, un grand merci à toutes les personnes et institutions qui appuient d’une manière ou d’une autre ce projet tout à fait passionnant et qui le font vivre.

Dernières nouvelles du PIAF…

Réunion annuelle du comité directeur du PIAF  (Mulhouse)

Le comité directeur du PIAF a tenu sa réunion annuelle à l’Université de Haute-Alsace, située à Mulhouse les 13 et 14 janvier 2011. Venus des quatre coins de la planète francophone, nous avons débattu pendant deux jours des avancées et des projets liés notre site.

Pour ce qui est des modules de cours, qui sont au cœur de notre travail, nous avons pu contempler dans son entier le module 7 qui traite des archives électroniques. Il est d’une grande actualité et nous vous encourageons vivement à aller le consulter ! Il sera complété en 2011 par des fiches techniques et par des extraits du livre que vient de publier un de ses auteurs, Claude Huc (« Préserver son patrimoine numérique », Paris, Eyrolles, 2011).

Nous avons également procédé cette année à une réorganisation des modules 4 (gestion des documents actifs/traitement des archives courantes) et 5 (gestion des documents semi-actifs/traitement des archives intermédiaires). Ils ont été regroupés en un seul module, le 5. Cette refonte nous a permis de combler une lacune dans notre parcours de formation en consacrant une module entier (le module 4) à la déontologie professionnelle.

La relecture et actualisation des autres modules sont en cours.

Nous avons enfin profité du fait que nous étions tous réunis pour nous interroger sur la pertinence d’organiser une seconde Semaine Internationale des Archives Francophones en Asie cette fois. Forts du succès de la SIAF de Dakar, nous sommes actuellement en train d’étudier les possibilités et la faisabilité d’un nouveau projet de ce genre.

Splendeurs et misères du web 2.0

En vous annonçant l’année dernière le passage du PIAF au web 2, nous avions souligné les difficultés que représentait cette refonte globale de notre Portail. La réunion de Mulhouse a été l’occasion de dresser un bilan.

En ce qui concerne la participation des internautes, le bilan, même s’il demeure un peu en de ça de ce que nous avions escompté, est très positif. La mise en ligne de formulaires sur la page d’accueil du PIAF permettant à tout visiteur d’améliorer nos contenus (modules de cours, actualités, bibliographie, annuaire, galerie multimedia) s’est avérée pratique et efficace.

Second point positif : l’amélioration des outils de notre espace de travail collaboratif ouvert à tous, l’espace E-Professionnel. Dans le but de bien en maîtriser le fonctionnement et les richesses, le comité directeur du PIAF a crée un espace de travail dans lequel il est possible d’échanger (forum), de partager des fichiers ou de dialoguer avec d’autres inscrits.  Tout internaute peut donc désormais rentrer en relation avec n’importe lequel des membres du comité directeur et lui poser des questions ou lui soumettre des avis sur un point précis. Nous allons travailler cette année à rendre l’interface de E-Professionnel plus convivial, répondant ainsi à un souhait émis par certains internautes.

Didier Grange l'a souligné dans son éditorial, les nouveaux outils qu’offre le système de gestion du portail sous Drupal vont nous permettre de mettre à disposition des internautes une version PDF de tous les modules de cours. Ce souhait avait été formulé à de nombreuses reprises dans les années précédentes.

Enfin, pour en finir avec les points positifs de notre bilan, les visiteurs postent beaucoup plus de commentaires sur les éléments intéressants et les éléments à améliorer de notre Portail ce qui nous aide beaucoup.

En revanche, notre nouveau système de gestion semble pour l’instant montrer des faiblesses en terme d’analyse statistique. Les trois applications différentes que nous avons installées pour gérer les trois volets du portail, facilitent la participation et la collaboration mais rendent extrêmement complexe le décompte exact du nombre de visiteurs sur notre site. Nous sommes donc à la recherche d’un outil statistique capable d’analyser la fréquentation dans son ensemble et à défaut d’un moyen d’en élaborer un. Cette difficulté n’est pas anodine car les statistiques de fréquentation, comme les commentaires des internautes, sont autant d’indices permettant d’évaluer notre travail et de comprendre les attentes de chacun.

Les Partenariats du PIAF

Le PIAF a maintenu ou développé plusieurs partenariats en 2010.

l’équipe de l’AAQ (Association des Archivistes du Québec), chargée de l’alimentation de la bibliographie, continue son travail. Cette rubrique comporte maintenant 3240 notices.

un nouveau partenariat a été mis en place avec l’EBAD (Ecole des Bibliothécaires, Archivistes et Documentalistes) de Dakar. Ibrahima Lo, directeur de l’EBAD et membre du comité directeur du PIAF, a crée un groupe chargé de réfléchir à la possibilité de rendre la formation dispensée par le PIAF diplômante pour certains étudiants. Cette demande nous est formulée très régulièrement. La mise en place d’un système de validation nécessite beaucoup de travail mais pourrait à terme combler le déficit de formation initiale ou continue, dans certains pays, en matière d’archivistique.

- Autre projet retenu : un partenariat entre l’Université de Haute-Alsace et l’Université de Toulouse-Le-Mirail pour travailler à l’utilisation et au développement de la convivialité de l’espace de travail collaboratif "E-Professionnel".

- Enfin nous avons mis en place des partenariats avec des enseignants, dont Madame Grailles, maître de conférence en archivistique à l’Université d’Angers. Les résultats d’un travail mené avec une partie de ses étudiants a été publié dans E-Pédagogie.

Publications à signaler

Plusieurs publications des membres de la communauté du PIAF à signaler :

- Claude Huc, Préserver son patrimoine numérique. Classer et archiver ses emails, photos, vidéos et documents administratifs, Paris, Eyrolles, décembre 2010.

Claude Huc est l’auteur, avec Françoise Banat-Berger, du module 7 du PIAF intitulé « Gestion et archivage des documents numériques ».

- Anne Marie Bruleaux, « Une ressource archivistique essentielle : le PIAF et ses nouvelles opportunités. », Gazette des Archives, n° 218 (La formation professionnelle : enjeux d’hier et d’aujourd’hui), Année 2010-2. Paris, association des Archivistes français, décembre 2010, p. 147-155.

Anne-Marie Bruleaux est responsable de la formation en archivistique à l'Université de Haute-Alsace (Mulhouse, France). Elle est l’auteur du module 8 du PIAF intitulé « Préservation et restauration » et est membre du comité directeur du PIAF.

- Didier Grange, François Burgy, Jacques Davier et Xavier Ciana, "La mémoire locale d'une ville internationale : les Archives de la ville de Genève", Archives, volume 42, numéro 1, 2010-2011, p.137-154.

Didier Grange est Archiviste de la ville de Genève et Président du comité directeur du PIAF depuis novembre 2009. Il a succédé à Gérard Ermisse.

- Momar Diop, Guide des archives du Sénégal colonial, Paris, l’Harmattan, avril 2011. Momar Diop a longtemps dirigé les archives nationales du Sénégal et a représenté son pays au sein du comité directeur du PIAF. Il est aujourd’hui Ambassadeur de son pays auprès de l’Unesco.

            - le PIAF s’est doté d’une page Facebook

Regard vers une institution d’archives privées : le dépôt des archives de l’entreprise Peugeot à Hérimoncourt.

Nous avons  eu la chance à l’issue de notre réunion annuelle de visiter le site de conservation des archives de la société Peugeot-Citröen dans le Doubs (25) en France.

Situé à Hérimoncourt, lieu historique de la production du groupe au XIXème siècle, le dépôt de Terre-Blanche a ouvert ses portes en septembre 2010 après quatre ans de travaux.

Cette collection rare de documents anciens (papiers, photographies, plans techniques, films, vidéos, objets, mobilier) retrace deux cents ans de l’histoire industrielle du Groupe et plus largement de l’histoire automobile européenne. Le site a également pour vocation de rassembler toutes les archives présentes et futures de ses activités.

Le bâtiment de 2 500 m2 respecte les normes les plus avancées en matière de conservation. Les employés, au nombre de quatre, sont dotés d’un matériel de numérisation de très haute qualité.

 

Terre-Blanche est ouvert aux chercheurs et travaille en étroite collaboration avec d’autres fonds patrimoniaux (Musée de l’Aventure Peugeot, Conservatoire Citröen, Collection de l’aventure automobile à Poissy, Fonds Panhard etc).

Le point d’orgue de cette visite fut sans nul doute pour nous la découverte du magnifique entrepot dans lequel sont exposés les véhicules produits par le groupe des origines à nos jours.

L’extrême modernité des locaux et la très grande richesse de ce fonds industriel posent le site de Terre-Blanche en modèle du genre. Ils en font une halte incontournable pour qui s’intéresse à l’étude ou à la conservation de notre patrimoine.

Statistiques

Comme nous l'avons évoqué précédemment, nous ne sommes pas en mesure de fournir des statistiques de fréquentation du PIAF fiables. Il semblerait que celle-ci soit en légère baisse. Un même phénomène s'était produit en 2008 lorsque nous avions transformé l'interface du site.

Comment adhérer et contribuer ?

  • par vos contributions aux différents modulesSi vous souhaitez apporter des contributions au Portail ou faire part d’informations qui vous paraissent importantes, vous pouvez remplir les formulaires dédiés à cet effet sur la page d’accueil du portail. N’hésitez pas !   
  • par votre aide financière (adhésion à l’ AIAF). Votre adhésion à l’Association Internationale des Archivistes Francophones permettra d’assurer la pérennité du Portail ! Pour cotiser, rendez vous auhttp://www.aiaf.org/adhesion.htm   
  • en vous inscrivant à un groupe de travail sur un thème donné dans l’espace « E-Professionnel ». Vous pouvez contacter le webmestre Caroline Becker pour prendre connaissance des travaux en cours et vous inscrire.

Portail international archivistique francophone - © aiaf
Comité de rédaction : Gérard Ermisse; Marcel Caya; Marie-Edith Brejon; Christine Martinez; Anne-Marie Bruleaux; Bruno Delmas. Publication : Caroline Becker. Maquette : Eric Ferrante