Université de Louvain (Belgique) : appel à communications

Member for

9 années 4 mois

L’objectif de ce colloque est d’explorer les pratiques de plus en plus fréquentes d’archivage qui consistent à (co)construire des archives, par des archivistes soucieux de « combler un vide », de documenter un présent dont ils estiment qu’il laissera des traces trop éphémères ou trop partielles.

 

Argumentaire

Depuis la deuxième moitié du 20e siècle, à la faveur des mouvements de fond qui ont reconfiguré les questions et les objets des sciences humaines et sociales, les archivistes ont élargi leurs chantiers au-delà du repérage et de la sélection des documents et de l’assurance que les documents existants soient bien conservés : ils provoquent la construction d’archives « alternatives » qui, sans leur intervention, n’auraient pas été considérées comme telles ou n’auraient tout simplement pas existé.

Une série de problématiques s’ensuivent qui, si elles ne se limitent pas au cas des archives nouvelles, sont avivées par la singularité de leur constitution. On rappellera avec Anheim et Poncet que, en érigeant les documents en archives, l’archivistique en tant que « science de la fabrique des archives » contribue à la fabrique de l’histoire (Anheim et Poncet, 2004). Des débats de méthode et de sens ont lieu aussi quant à la possibilité de construire des archives et de respecter simultanément les cadres théoriques de la discipline qui ont été élaborés autour de et pour l’existant (Swain, 2003).

 

Lire la suite...

Date limite : 23 octobre 2017

Contacts : aurore.francois@uclouvain.be et francoise.hiraux@uclouvain.be